Si vous avez des difficultés pour visualiser ce message, cliquez ici




Bulletin n°15 Juin - Juillet 2013
SFR - CERF : VEILLE SCIENTIFIQUE N°15

En ce début du mois de Juillet 2013, c’est une veille scientifique riche d’innovations mais également d’applications cliniques quotidiennes que nous vous proposons, dans les domaines de l’imagerie neuroradiologique, ORL, abdominale et digestive ainsi qu’urinaire.

Bonne lecture à tous. 

Veille Scientifique SFR-CERF
Jean-Marc CONSTANS, Charles-André CUENOD, Alain LUCIANI





1 article recommandé par la SFNR
(
Société Française de Neuroradiologie)

Language aptitude for pronunciation in advanced second language (L2)

Cet article de l’équipe de Tubiegen porte sur l’aptitude à prononcer les langues chez des étudiants avancés en seconde langue.

Les différences individuelles d’aptitude pour apprendre une seconde langue (L2) ont longtemps semblé dépendre d’une variété des facteurs cognitifs et personnels. Le facteur cognitif de la mémoire de travail phonologique (MTP) a ainsi été conceptualisé comme un outil d’apprentissage du langage. Cependant, une forte association a été trouvée entre la MTP et l’aptitude à parler une deuxième langue, mais seulement chez les apprenants débutants et pas chez les apprenants avancés. [LIRE LA SUITE]
2 articles recommandés par le CIREOL
(
Société Francophone d'Imagerie Tête et Cou)

Can MRI Replace CT in Evaluating semicircular Canal Dehiscence?

Cet article a comparé les performances respectives des séquences IRM T2 haute définition type FIESTA à 1,5 et 3 Tesla et de la tomodensitométrie (TDM 64 barrettes) pour le diagnostic des déhiscences des canaux semi-circulaires supérieur et postérieur sur une population de 112 patients présentant des signes cliniques vestibulo-cochléaires. Le critère IRM retenu pour l’absence de déhiscence était la présence d’une bande hypointense interposée entre l’hypersignal du LCR et celui du liquide intracanalaire, traduisant une couverture osseuse. [LIRE LA SUITE]

Rôle du PET/CT dans le suivi des cancers de la sphère ORL : une alternative à la surveillance radiologique ?

Cet article présente une étude à grande échelle sur 1 553 examens PET/CT dans le cadre de la surveillance de patients traités pour carcinome épidermoïde de la sphère ORL, avec suivi en moyenne sur 26 mois (suivi minimum de 12 mois), afin de déterminer par PET/CT le taux de récurrence. 
L’étude a montré une valeur prédictive négative de 91 % . L’analyse d’un sous-groupe de patients (n = 114) ayant bénéficié de 2 PET/CT à 6 mois d’intervalle a permis d’améliorer la VPN, estimée à 98 % pour ce sous-groupe. Par conséquent, un seul examen PET/CT négatif de suivi ne permet pas de surseoir à une surveillance radiologique. [LIRE LA SUITE]
2 articles recommandés par la SIAD
(
Société d'Imagerie abdominale et digestive)

MR findings of steatotic focal nodular hyperplasia and comparison with other fatty tumours.  

L’équipe radiologique de Beaujon a réalisé une étude sur les hyperplasies nodulaires focales (HNF) graisseuses afin de préciser leurs caractéristiques morphologiques et de les comparer aux autres tumeurs bénignes à contenu graisseux. Pour ce faire, des lésions hépatiques bénignes à contenu graisseux de nature différente étaient sélectionnées puis étudiées en IRM. Les données étaient corrélées aux résultats de l’anatomopathologie. [LIRE LA SUITE]


CT-based response assessment of advanced gastrointestinal stromal tumor: Dual energy CT provides a more predictive imaging biomarker of clinical benefit than RECIST or Choi criteria. 

L’équipe radiologique de Manheim (Allemagne) a étudié un nouveau biomarqueur de la réponse thérapeutique des tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST) traitées par inhibiteur de tyrosine kinase. La réponse tumorale des tumeurs solides est le plus souvent évaluée selon les critères RECIST 1.1, reposant sur l’appréciation de mesures morphologiques unidimensionnelles. Cependant, ce critère de taille seul n’est pas suffisant, notamment depuis l’émergence des nouvelles thérapies anti-cancéreuses dites « ciblées ». 
[LIRE LA SUITE]
2 articles recommandés par la SIGU
(
Société d'Imagerie Génito-Urinaire)

Est-ce qu’une recherche systématique d’un cancer du rein natif est utile chez les patients en insuffisance rénale terminale ?  

La fréquence du carcinome rénal dans la population générale varie de 2 à 3 %. L’augmentation de sa prévalence (3 à 4 %) et de la maladie  polykystique acquise chez les patients en insuffisance rénale terminale, avec une corrélation entre ces deux entités est une notion classique, basée sur quelques travaux déjà anciens. [LIRE LA SUITE]


Quelle est l’utilité de l’IRM de diffusion pour guider l’indication thérapeutique d’une tumeur de vessie ?

L’IRM de diffusion est devenue d’utilisation courante en cancérologie. En ce qui concerne les tumeurs de vessie, elle améliore les performances de la séquence pondérée en T2, avec une optimisation de l’appréciation de l’envahissement tumoral de la paroi musculaire vésicale. 
[LIRE LA SUITE]

Le comité de veille scientifique SFR-CERF remercie particulièrement Jean-Marc Constans (SFNR), Raphaëlle Souillard-Scemama et  Claire Boutet (CIREOL), Matthieu Lagadec (SIAD) et Catherine Roy (SIGU) pour leur participation à ce 15ème numéro.

Nous vous souhaitons une très bonne lecture.



Pour ne plus recevoir nos newsletters, cliquez ici