Si vous avez des difficultés pour visualiser ce message, cliquez ici

    Bulletin n°10 Juillet - Août 2012
SFR - CERF : VEILLE SCIENTIFIQUE N°10

Début d'été et nouveau numéro de la veille scientifique ! C'est un numéro important avec dans l'ordre une présentation d'un état de l'art en imagerie interventionnelle oncologique ostéo-articulaire, le résumé d'une large étude de la place du scanner coronaire dans la prise en charge des patients avec syndrome coronaire aigu et enfin avec la présentation d'innovations instrumentales en imagerie de la tête et du cou.

Bonne lecture et rendez vous dès la rentrée.

Veille Scientifique SFR-CERF
Jean-Marc CONSTANS, Charles-André CUENOD, Alain LUCIANI

Contact : bulletin-veille@sfradiologie.org


Si votre logiciel de messagerie ne peut lire les liens présents dans cette page, vous pouvez recopier l'adresse suivante directement dans votre navigateur : http://beclere.sfrnet.org/veille/bulletin10.html

Au sommaire de ce numéro :

- « Etat de l'art » de l'interventionnel en oncologie ostéo-articulaire
- Scanner coronaire et prise en charge des patients présentant un syndrome coronarien aigu
- 4D-CT pour le diagnostic et la localisation d'adénome parathyroïdien
- Séquence de diffusion en imagerie Tête et Cou : EPI ou HASTE ?


1 article recommandé par la FIC
(Fédération Imagerie du Cancer)

« Etat de l'art » de l'interventionnel en oncologie ostéo-articulaire

Daniel Rosenthal (Massachussets, Boston, Mass) et Matthew Callstrom (Mayo Clinic, NY) ont récemment exposé les données actuelles et une revue critique des techniques utilisées en imagerie interventionnelle pour les tumeurs de l'appareil locomoteur.
Ces méthodes permettent de traiter avec succès les tumeurs osseuses bénignes douloureuses comme l'ostéome ostéoïde. Ainsi, la thermocoagulation par radiofréquence est devenue depuis quelques années le traitement de référence des ostéomes ostéoïdes (en comparaison avec la chirurgie). Le traitement palliatif des métastases osseuses douloureuses est une indication croissante en interventionnel percutané. L'effet antalgique est significatif et durable. La cryothérapie présente l'avantage d'une visualisation possible de la zone d'ablation pendant la procédure (guidage scanner ou IRM).

Un article important pour mettre à jour ses connaissances concernant la prise en charge mini-invasive de patients algiques.

Pour consulter l’article :
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=Daniel%20Rosenthal%20%20Matthew%20Callstrom%20

1 article recommandé par la SFICV
(Société Française d'Imagerie Cardiaque et Vasculaire)

Scanner coronaire et prise en charge des patients présentant un syndrome coronarien aigu

Cette étude multicentrique américaine publiée dans le prestigieux New England Journal of Medicine s'est intéressée à l'impact du scanner coronaire réalisé dans le contexte de l'urgence chez 1370 patients avec douleur thoracique, suspects de syndrome coronaire aigu. L'étude se limitait aux patients à risque cardiovasculaire bas ou intermédiaire. L'objectif principal était la survie sans infarctus à 1 mois. Les patients étaient randomisés avec une prise en charge incluant le scanner (2/3 des patients) ou une prise en charge dite classique ne l'incluant pas (1/3 des patients). Les patients des 2 groupes avaient des caractéristiques comparables et l'étude montrait que le taux de sortie des patients du bras scanner était significativement supérieur à celui du bras classique, que la durée de séjour était plus courte et que le taux de détection de la maladie coronaire était supérieur.

Dans le même temps aucun décès par infarctus n'était observé dans le bras scanner. L'étude est intéressante et fait déjà couler beaucoup d'encre dans les unités de soins intensifs cardiologiques. Elle n'est pas directement applicable en France où notre système de santé recommande une admission directe en cardiologie après prise en charge par le SAMU. On peut également critiquer au plan cardiologique le fait d'associer dans le même groupe les patients indemnes de coronaropathie et les patients atteints d'une sténose inférieure à 50 %, biais fréquent dans les études sur la maladie coronaire. Néanmoins, cette étude apporte un élément supplémentaire en faveur de la réalisation de scanners cardiaques en urgence chez des patients triés de façon professionnelle, typiquement les patients douloureux qui n'ont ni modification ECG ni élévation enzymatique. Le scanner est dans cette population un outil majeur de diagnostic différentiel entre angor instable et douleur d'origine non coronarienne.

Pour consulter l’article :
http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1201163
LITT HI et al. NEJM 2012

2 articles recommandés par le CIREOL
(Société Francophone d'Imagerie Tête et Cou)

4D-CT pour le diagnostic et la localisation d'adénome parathyroïdien

Le diagnostic préopératoire d'anomalies parathyroïdiennes et leur localisation reposent aujourd'hui essentiellement sur l'échographie et les techniques scintigraphiques (sestamibi-SPECT). Ces techniques présentent cependant des sensibilités faibles. Le 4D-CT est un outil diagnostique reposant sur le principe d'acquisitions multiphasiques après injection de produit de contraste. Dans un article récent, l'équipe du Presbiterian Hospital New York rapporte sur une étude portant sur 35 adénomes et hyperplasies parathyroïdiennes confirmées en anatomopathologie que le 4D CT est un outil fiable et sensible pour localiser précisément un adénome parathyroïdien, présentant une sensibilité (93 %) supérieure à celle de l'échographie (57 - 86 %), permettant ainsi une approche chirurgicale directe unilatérale. Cette technique présente par ailleurs une spécificité de 100 % pour éliminer une pathologie multiglandulaire.

Pour consulter l’article :
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22135127

Diagnostic accuracy of 4D-CT for parathyroid Adenomas and Hyperplasia
Chazen JK, Gupta A, Dunning A, Phillips CD.
AJNR 2012 Mar;33 :429-33


Séquence de diffusion en imagerie Tête et Cou : EPI ou HASTE ?

Cette étude, portant sur 12 tumeurs primitives et 77 ganglions cervicaux, présente l'intérêt de comparer les séquences de diffusion EPI et non-EPI type HASTE en imagerie Tête et Cou. Le nombre de ganglions détectés était plus élevé avec l'utilisation d'une diffusion EPI qu'avec une diffusion HASTE, qui présente un ratio signal/bruit inférieur. Par contre, la séquence EPI présente plus de distorsions et d'artéfacts de susceptibilité, à l'origine d'une réduction de l'accord interobservateur sur les mesures d'ADC comparativement aux séquences HASTE. En dépit d'un temps d'acquisition de séquence plus long, la séquence HASTE constitue ainsi une séquence plus reproductible.

Pour consulter l’article :
http://www.ajnr.org/content/early/2012/02/09/ajnr.A2949.long

Diffusion-Weighted MR Imaging in Head and Neck Cancer: Comparison between Half-Fourier Acquired Single-Shot Turbo Spin-Echo and EPI Techniques
Verhappen MH, Casteljins JA et al.
AJNR 2012 Feb (Epub ahead of print)


Le comité de veille scientifique SFR-CERF remercie particulièrement le Pr Jean-Nicolas Dacher (SFICV), le Dr Antoine FEYDY (FIC) et le Dr Raphaelle SOUILLARD-SCEMAMA (CIREOL) pour leur participation à ce 10ème numéro.

Nous vous souhaitons une très bonne lecture.