L’édition 2013 des JFR a été un vrai succès : une forte participation, des possibilités d’interactivité plus grandes, plus de 1500 intervenants, 1000 conférences scientifiques et pédagogiques, 300 heures d’enseignement et d’ateliers et 720 posters électroniques qui ont fait l’objet de plus de 15 000 consultations.

Bien-sûr, tous ces chiffres ne seraient rien sans rappeler le haut niveau scientifique de ces rencontres, très largement appréciées. Cela se traduit notamment par une internationalisation croissante. En effet, 72 nationalités sont réunies soulignant l’intérêt de nos collègues étrangers pour les JFR devenues un des premiers rendez-vous de l’imagerie au monde.

Cette réussite n’est pas une finalité, nous souhaitons en 2014 faire évoluer notre congrès :

  • les JFR dureront 4 jours et seront précédées, le jeudi, d’une journée consacrée à l’enseignement et au développement professionnel continu (DPC) ;
  • une place encore plus grande sera faite à l’interactivité facilitant les échanges entre congressistes et intervenants ;
  • les horaires des séances et leurs durées seront modifiés pour offrir un accès plus large à l’exposition technique et favoriser ainsi les échanges indispensables avec nos partenaires industriels ;
  • la conférence Antoine Béclère, qui nous donne l’occasion de recevoir un invité de marque, sera avancée au samedi.
  • enfin, pour une plus grande diffusion des contenus scientifiques des JFR, une réflexion sur un accès aux enseignements et ateliers tout au long de l’année est engagée dans le but d’intégrer ceux-ci dans une démarche de DPC et donc d’évaluation des pratiques.
 

JFR 2014
Nouveau Format

 

Nous vous donnons dès maintenant rendez-vous à Paris du 16 au 20 octobre 2014 pour une nouvelle édition des JFR. Vous pourrez, en plus de vos rendez-vous habituels dans les séances, au carrefour de la recherche et de l’innovation et au village interventionnel, suivre un programme placé cette année sous le signe des urgences mais également de « l’IRM en pratique » thème du syllabus.

 

Imagerie : clé de voute de l’urgence ou Urgence : pierre angulaire de la radiologie ?

Il est évident qu’on ne peut choisir entre ces deux assertions qui sont vraies toutes les deux. L’urgence est au cœur de l’activité du radiologue et les plateaux d’imagerie structurent les services d’accueil des urgences (SAU), à tel point que le type de patients théoriquement accueillis par un SAU dépend de son plateau d’imagerie.

Radiologues et Urgentistes sont des partenaires essentiels et les structures d’urgence représentent les premiers demandeurs d’examens d’imagerie. Près de la moitié des patients qui consultent aux urgences bénéficient d’un examen d’imagerie. L’échographie est utilisée quotidiennement comme outil diagnostique précis mais aussi de débrouillage, le scanner représente 20% de l’ensemble des demandes avec un taux d’occupation par les urgences chaque année augmenté, et l’IRM voit sa part de plus en plus prégnante en particulier dans les pathologies neurologiques. Ces examens répondent aussi à une parfaite exigence de prise en charge comme le souligne la deuxième édition du Guide du bon usage des examens d’imagerie dans lequel les items des urgences sont très présents.

Cependant, l’urgence radiologique ne concerne pas que le SAU mais aussi tous nos autres correspondants cliniciens qui s’occupent de patients hospitalisés ou externe. L’imagerie d’urgence a suivi aussi parfaitement l’évolution qu’a connu notre exercice radiologique depuis ces dix dernières années avec dans l’imagerie diagnostique aussi bien pour la traumatologie que pour les pathologies vasculaires, les pathologies abdominales et neurologique une activité augmentée d’un point de vue quantitative, mais aussi des questions de plus en plus précises. Cela concerne nos patients à tous les âges de leur vie : enfant, adulte, sujet âgé de plus en plus nombreux dans les SAUs. L’imagerie interventionnelle d’urgence n’est pas en reste ; embolisation, désobstruction, drainage, à l’image du poids pris par la part interventionnelle dans l’imagerie d’aujourd’hui. Pour répondre à ces nouveaux challenges, les besoins technologiques sont précis et les plateaux d’imagerie d’urgence doivent intégrer les équipements les plus abouties, les contraintes organisationnelles sont fortes, et il faut savoir dédier équipements mais aussi radiologues à cette activité.

On le voit, l’imagerie structure la prise en charge des patients vus en urgence. C’est pourquoi les JFR 2014 seront placées sous le signe des "urgences". Au cours de ces journées, tous les acteurs sans exception de la radiologie vont participer. Toutes les sociétés d’organe, fédérations et groupes de travail de la SFR, des sociétés radiologiques étrangères et notre partenaire de toujours la Société Française de Médecine d’Urgence seront présents et actifs. Plusieurs séances scientifiques de  communications « urgence » constituées de propositions de communications venant de chaque société d'organe ou groupes seront présentes montrant ainsi l’importance de la recherche clinique dans ce domaine.

 

Jeudi 16 octobre
Niveau 3 de 9h30 à 17h30

Journée de formation pluriprofessionnelle

- Radiologues : DPC (SFR)
- Internes – DES (CERF)
- Manipulateurs (AFPPE)
- Directeurs d’hôpital (CNEH – AFMHA)
- Secrétaires médicales (SFR)
- Recherche (GRIC)
- Rencontres SFR – partenaires industriels

 

Du vendredi 17 au lundi 20 octobre
Niveaux 2 et 3 du Palais des Congrès de 8h30 à 19h00

Programme international

 

 

Pays à l’honneur : Canada

- Séances CAR – SFR
- orateurs et modérateurs
- 1 résident / Université (SFR Junior)

  Centenaire de la
Radiological Society of North America

 

- Orateurs invités : Corée, Japon, Chine
- Séances SFR- Sociétés étrangères (Amérique latine, Algérie, Belgique, Maroc, Suisse, Tunisie)
- Programme international de l’American Institute for Radiologic Pathology (AIRP)

 

Programme scientifique

Mais aussi :

- 4 séances d’interprétation
- 6 séances de DPC
- 14 séances de cas cliniques
- 36 séances scientifiques
- 73 séances pédagogiques
- 109 ateliers
- 125 séances de cours thématiques et de cours d’intérêt général

 

Organisées avec la collaboration du CERF, des sociétés d’organe et des fédérations de la Société Française de Radiologie.